Washington DC

Washington DC

mercredi 30 avril 2014

Sky Meadow State Park in Virginia



Un ciel bleu insolent. Une heure de route depuis Washington. Collines et campagnes, vaches et chevaux, fermes et horizons lointains forment un environnement parfait pour randonner avec une petite bande motivée.  Nous emprunterons même un petit tronçon de l'Appalachian Trail. Après un long passage dans les taillis et les bois, un vaste paysage s'ouvre à nous.

La légende se trouve ci-dessous :


 Mais si, puisque c'est écrit !



Une descente douce nous ramène au visitor center. Près de l'ancienne ferme qui abrita plusieurs  familles vivant de la terre et de l'élevage, un petit bâtiment est ouvert et accueillant, allons voir! Une chaude odeur de feu de bois nous emporte dans le passé en même temps qu'une voix un peu rauque nous salue.

Welcome in the Summer Kitchen

Today we are baking a pudding.

Let's check if the pudding is ready ?

Oh no, Mary, not ready yet, the knife is full of butter ! 
Nous ne goûterons pas au pudding cuit à l'ancienne. Qu'à cela ne tienne, nous quittons les lieux, touchés d'avoir eu un contact avec cette ambiance rustique et avec les paysages modelés par la vie paysanne.  Il en émane une tranquillité apaisante.

Mount Bleak House 

Anne

samedi 26 avril 2014

OBX en Caroline du Nord

Minuit. La maison tremble, bouge, gîte comme un navire en pleine mer. Les rafales de vent sont de plus en plus violentes. Les vagues se fracassent avec force sur le rivage. Les éléments se déchaînent… C’est la tempête ! Et nous nous trouvons sur une île qui me semble en ce moment bien fragile. Toute étirée en longueur, elle ne fait pas 300 mètres de large à la hauteur de la maison que nous occupons.  Une maigre barrière de dunes nous sépare de la plage mangée par les vagues. Etait-ce vraiment une bonne idée de passer une semaine à Hatteras dans les Outer Banks ? 

J’entends encore un enfant nous dire avant d’aller se coucher “I guess you guys are too lazy to evacuate !”

La météo annonçait "Coastal flood, gale, heavy rain, and thunderstorm". Un beau programme de tempête. Une fois de plus la nature nous a brusqués. Nous gardons un souvenir très vif des deux ouragans que nous avons vécus à New York et nous ne sommes pas très à l’aise.  Fallait-il quitter les lieux ? Avons-nous compris correctement l'avis transmis par la météo? De toute façon, à l’heure qu’il est, LA route vers le nord est inondée. Il n’y a plus qu’à patienter et à espérer que la maison construite sur pilotis résiste à l’assaut du vent.  Ce n’est  la première tempête qu’elle connaît, ni la dernière certainement…  La nature nous rappelle qu'elle est imprévisible et reste la plus forte.


Si j’écris ces lignes, c’est que la maison a bien tenu et que nous avons survécu. Ouf ! Le matin nous a trouvés légers et contents ...
Le temps ne s’est pas remis au grand bleu, les températures ont chuté.  La pluie s’est arrêtée, le vent a continué à souffler suffisamment pour rendre ardues les promenades sur la plage.


La nature est l’attrait puissant de l’île d’Hatteras : dauphins, cormorans, petits échassiers se relaient pour capter notre attention sur les plages immenses. Les maisons de vacances toutes en bois sont homogènes et burinées par le climat. Aucune chaîne commerciale ne vient enlaidir le village de pancartes publicitaires aux couleurs criardes. Il n'y a qu'une ou deux possibilités de ravitaillement de base. Quelques familles, des enragés de la pêche à la ligne, se croisent sur la plage. Peu de trafic et peu de bruit. Un poissonnier nous vend les produits ultra-frais du jour : un régal!

Le phare d'Hatteras
“Y a vraiment rien à faire ici” nous répètent les adolescents que nous avons emmenés avec nous. C’est vrai ! Rien de compliqué, que des choses simples dans ce bout du monde fantastique. Et c’est ça dont nous avons besoin pour recharger nos batteries.



Nous allons voir le phare d’Hatteras et celui d’Ocracoke après avoir franchi par le ferry le passage vers l’île suivante  au sud.
Le phare d'Ocracoke
Le regard régénéré par la vue répétée de la mer et l’esprit aéré par le grand vent, nous remontons sans histoire vers la capitale fédérale pour trouver le printemps installé dans son habit neuf.

Le Ferry au port d'Hatteras

Anne

NB : OBX pour Outer Banks, pas pour Obélix !

jeudi 10 avril 2014

Cherry Blossom Festival

"Wherever you go, you will be late" m'annonce mon voisin de banquette dans le métro. La Red Line qui m'emmène en ville est perturbée aujourd'hui. L'automate où je tente de recharger ma carte de métro refuse de fonctionner alors que le système en place est déjà si compliqué ! J'arrive enfin à destination. Des flots de gens marchent dans la même direction que moi. Je n'en crois pas mes yeux. C'est pourtant jeudi, un jour de semaine. Mais ce qui nous attire est éphémère... et c'est maintenant la pointe de la floraison des cerisiers du Japon. En 1935 on en a fait un festival qui attire plus d'un million de personnes sur une douzaine de jours. 
Je me dirige vers le Tidal Basin dont j'ai prévu de faire le tour. Il y a un monde fou. Les   familles sont venues pique-niquer sur l'herbe, les fonctionnaires prennent l'air durant la pause de midi, les couples se promènent, les personnes seules aèrent leur chien, les mères marchent avec poussette et enfants, les sportifs tentent de franchir la foule en courant. Un point commun, tous, je dis TOUS font des photos. Que ce soit en mode "selfie" ou avec un appareil très sophistiqué, la photo s'impose. Je ne fais pas exception.
 

Passé les premières centaines de mètres, et les baraquements qui vendent souvenirs, eaux et repas américains ou asiatiques en lunch box, et qui débitent de la musique, la foule est moins dense.  Les  arbres sont splendides. Entre les bouquets blancs et les roses, je ne sais lesquels sont les plus charmants...  Chaque fleur est remarquable, l'ensemble est grandiose ! 

  Martin Luther King, Jr. Memorial
 Martin Luther King veille de sa présence ferme et bienveillante sur tous les visiteurs, quelle que soit la couleur de leur peau.  Car le monde entier défile dans la capitale fédérale à l'occasion du festival. 

Au loin le Washington Monument a retrouvé sa ligne impeccable d'avant le tremblement de terre. 

Des japonaises se font prendre en photo devant un monument à la bonne entente nippon-américaine. 

"Please don't pick the blossoms".

Environ 3800 arbres (prunus) sont entretenus par une armée de jardiniers. Les park rangers veillent à ce que personne ne cueille de fleurs ni ne jette de détritus. 




















Hourrah ! Le printemps est là !


Anne

lundi 7 avril 2014

Shenandoah National Park, Virginia

Le week-end dernier tous les ingrédients du printemps étaient réunis : grand bleu, température agréable, envie de découverte et suffisamment de courage pour se lancer sur la route. Deux heures plus tard, nous voici à environ 1000 mètres d'altitude, sur la Skyline drive, la route de crête du Shenandoah National Park.  Le panorama qui s'offre à nous est vaste.Nous retrouvons les attraits typiques des parcs nationaux : infrastructure impeccable et immensité. La nature est accessible dans un cadre défini.


Der Wanderer nous avait laissé en novembre un petit livre décrivant une série de randonnées possibles dans le parc de la Shenandoah. Nous n'avons eu que l'embarras du choix. 

Nous optons pour le "Hawksbill Summit Loop",  une boucle qui emprunte un tronçon du mythique Appalachian trail que nous avons déjà fréquenté sur une courte distance dans le Connecticut. 

Le chemin monte sans se presser. Si la nature porte encore les marques de l'hiver, la lumière donne un éclat particulier aux rochers, à la mousse et aux feuilles qui achèvent leur retour à la terre.  Le potentiel du printemps est tout en frémissement calme. 

Nous plongeons dans le silence de la forêt. Oui, le silence, si rare dans notre Amérique quotidienne, nous enveloppe avec bienveillance. 

Verrons-nous des animaux, l'ours noir sera-t-il au rendez-vous ? Non, pas aujourd'hui.  
A la "Caspar Friedrich"
La pose à la "Caspar Friedrich" lors d'une pause en chemin. La vallée de la Shenandoah s'ouvre devant nous. Les massifs se succèdent au loin comme de longues vagues.
La vue depuis le Hawksbill Summit
Encore une pause, au sommet que nous avons atteint sans peine. Nous sommes à 4051 pieds, soit 1235 mètres. Le ciel aussi s'y est mis pour nous impressionner.
Panorama à la hauteur du Byrd's Nest n. 2

La balade de ce dimanche était une mise en jambes des plus réussies. Ce premier contact avec le massif de la Shenandoah nous incite à faire de nouveaux projets de randonnée. Les deux heures de route sont largement compensées par la beauté des sentiers et du paysage qui se déroule au long de la marche. 
 Nous laissons derrière nous les massifs montagneux et rentrons.
Le long de la route on aperçoit de nombreuses églises aux dénominations diverses. Un jour je rédigerai un article sur cette variété qui m'intrigue si souvent.

Dans ce pré d'herbe rousse, un monument à la guerre de Sécession. Mais nous ne nous risquons pas à franchir la barrière fermée par une grosse chaîne. Nous sommes en Virginie où le port d'arme à feu est banal. Private property : no trespassing.

Anne

mardi 1 avril 2014

Retour sur le Nouveau Continent

Quelque part au dessus de l'Océan Atlantique


 Hudson River

Potomac River
Avant même d'atterrir je pressens qu'un snow day m'attend. Une bonne couche de neige et peu de trafic sur les routes sont les indices qui me sont donnés. Cela suffit pour fermer les écoles et garder les enfants à la maison.
Dulles International Airport
Back home.
Home ?
Where is home ?
Toujours la même question. Elle m'assaille lorsque je passe d'un continent à l'autre.
Est-ce là d'où je viens ou ici où j'arrive ?
La réponse n'est pas définitive...

Anne